Peut-on dormir sur un tatami à Hakone ?

Dans les impressions occidentales, le mot futon rappelle, souvent, l’image d’un canapé-lit, qui peut être déplié pour faire un lit lorsque vous recevez des invités. Cependant, les futons japonais ressemblent davantage à de la literie fixée au sol, généralement sur le sol en tatami.

Origine du lit futon à Hakone

Avant d’être en coton, les lits japonais semblent être de simples tapis de chanvre ou de paille étalés sur du parquet. Plus tard, un oreiller recouvert de soie ou de fourrure a été ajouté au-dessus, et le sol en tatami améliorera également le confort. Entre les XVe et XVIIe siècles, la production de coton est devenue très courante au Japon, et cette fois, une nouvelle literie faite de ce matériau a été présentée aux gens. Bien que de nombreuses familles japonaises disposent, désormais, de lits de style occidental, les lits futons japonais sont encore très courants. Les suggestions de voyages au Japon avec Marco Vasco vous permettent d’obtenir beaucoup plus d’idées sur le tatami à Hakone.

Le futon japonais

Le futon japonais est composé de trois éléments : shikibut, kakebuton et makura.

Shikibuton est un matelas d’une épaisseur allant de 5 cm à 15 cm. Il existe différentes tailles et arrangements, mais ils sont généralement simples, constitués de plusieurs couches de coton, le tout recouvert de tissu et de draps. Le coton a une bonne capacité d’absorption d’humidité, et c’est pratique dans un pays humide comme le Japon ! Kakebuton est une couette matelassée et makura est un oreiller. Le jour d’arrivée à Tokyo, était la première visite au Japon. J’ai dû me préparer un oreiller. Il m’a fallu du temps pour trouver un oreiller qui ne soit pas plein de petites billes ! Il semble que les Japonais aiment beaucoup ce genre d’oreiller.

Entretien du tatami

Il est très important de ventiler régulièrement le shikibuton. Certaines personnes le sortent pour se prélasser au soleil et le battent avec un futon taki (un outil en bambou) pour en extraire la poussière. Quand on est allé à Osaka pour étudier le japonais, ma mère d’accueil me demandait souvent de mettre l’applicateur sur la balustrade du balcon de la chambre du troisième étage. Afin de le fixer, elle l’a fixé avec de gros clips colorés, mais cela ne l’a pas empêchée de le faire tomber accidentellement sur le petit toit de la porte d’entrée ! Pour ceux qui n’ont pas le temps, lorsqu’ils sont allongés sur le sol, un séchoir futon appelé futonkansōki peut être placé entre le kakebuton et le shikibuton.

L’Aïkido : un art martial typique de la culture nipponne
Le shintoïsme et le bouddhisme : les religions les plus populaires du Japon